26/06/2012

en savoir plus....

LES ÉTAPES DU DÉVELOPPEMENT DU CHATON

 Age et Acquisitions

 - 36 jours sensibilité tactile

 +21 jours olfaction efficace

 thermorégulation pratiquement fonctionnelle

 recherche visuelle de la mère

 +28 jours jeux sociaux

 audition

 + 35 jours cycle de sommeil de type adulte

 comportement prédateur

 retournement aérien

 

LE CHAT NOUVEAU-NÉ

La plupart des études scientifiques qui ont été menées portent sur le développement des chatons après la naissance. Ces études abordent successivement l'acquisition des cinq sens, la motricité et le domaine psycho-social. Ce sont là en effet les éléments fondamentaux pour comprendre le développement comportemental du chaton.

Le toucher, présent et déjà bien développé à la naissance, est primordial jusqu'à ce que les autres systèmes sensoriels permettent au chaton d'utiliser de nouveaux moyens d'orientation dans l'espace. Stimulé, le sens du toucher chez le chaton se développera plus harmonieusement et favorisera la tolérance de l'animal aux contacts physiques à l'âge adulte. Les chatons nés dans des portées peu nombreuses risquent de mal supporter les contacts tactiles trop marqués, sauf si la mère ou l'éleveur multiplient les stimulations, telles que caresses et manipulations. Il sera nécessaire de compenser le manque de stimulation chez les chatons orphelins. Les réflexes tactiles d'orientation du chaton nouveau-né disparaissent vers 2 à 3 semaines et sont remplacés par une orientation sous contrôle visuel. Le chaton a, dès lors, fait l'acquisition de la vision.

L'odorat, déjà développé à la naissance, va encore évoluer jusqu'à 3 semaines. Il joue un rôle essentiel dans les réflexes d'orientation et de tétée. Il est responsable du choix d'une mamelle de prédilection dès le 3 e  jour après la naissance. On observe que les réactions de détresse manifestées par le chaton lorsqu'on le retire du nid sont calmées si on lui fournit l'odeur du nid. De même, un chaton déposé à proximité du nid s'oriente grâce à son odorat pour le retrouver.

Le goût, partiellement acquis à la naissance, s'affine par la suite. À 10 jours, le chaton distingue les quatre saveurs de base : sucrée, salée, amère, acide.

 L'ouïe. Quoique doté d'un canal auditif externe fermé à la naissance, le chaton n'est pas sourd et réagit par un sursaut de tout le corps ou une contraction des paupières à des bruits violents et soudains, et cela, dès le lendemain de la naissance. Il s'avère ainsi beaucoup plus précoce que le chiot, qui ne présente ce réflexe que vers 3 semaines. La zone du cerveau chargée d'analyser les sons commence à fonctionner 2 à 3 jours après la naissance du chaton. L'ouverture du canal auditif externe se fait entre 6 et 14 jours ; elle est complète à 17 jours. Au 12e  jour, le chaton tourne la tête en direction de la source des bruits perçus. Entre 13 et 16 jours, il n'hésite pas à aller explorer la source des bruits. Vers le 20e  jour, il reconnaît les sons connus émanant de ses congénères, de sa mère ou de la personne qui prend soin de lui et réagit aux bruits inconnus par une posture d'intimidation

La vue. Le chaton naît avec les paupières soudées, ce qui ne l'empêche pas de percevoir des différences de luminosité. Son développement oculaire est comparable à celui d'un fœtus humain de 5 mois. La région du cerveau chargée d'analyser les images donne les premiers signes d'activité dès le 4e  jour après la naissance, et la rétine est fonctionnelle à partir du 6e jour. Les premiers clignements de paupières déclenchés par la lumière apparaissent entre le 50e  jour de gestation et le 13e  jour après la naissance, soit 6 jours après la naissance en moyenne. Les paupières s'ouvrent en général entre le 7e  et le 10e  jour après la naissance, en moyenne au 9e  jour. A partir du 11e  jour, le chaton tourne la tête pour suivre les objets en mouvement. Du 15e  au 25e  jour, l'orientation visuelle se développe. Le chaton suit des yeux sa mère et les autres chatons de la portée. La vue remplace alors totalement le toucher, qui servait jusque là de moyen d'orientation. Le rooting reflex disparaît, sauf chez les chatons qui se sont développés dans un milieu pauvre en stimulations, ou qui ont souffert d'une carence de contact maternel. Jusqu'au 12e  jour, le chaton cligne des paupières et détourne la tête sous des éclairages trop violents. Par la suite, la fermeture des paupières sera suffisante pour protéger l’œil contre la lumière. La couleur de l'iris change dès le 23e  jour. A 25 jours, l'acuité visuelle est bonne. Entre le 25e  et le 35e  jour, le chaton a intégré les données tactiles fournies par le tâtonnement de la patte et les données visuelles, et est désormais capable d'éviter le vide et les obstacles qui encombrent son chemin. Vers le 35e  jour, les fluides de l’œil sont complètement transparents. La vision à 10 semaines est 16 fois mieux définie que celle à 2 semaines. Le développement de l’œil et du système nerveux optique se poursuit jusqu'au quatrième mois.

D'abord centré sur la mère, le système sensoriel du chaton - limité au goût, à l'odorat et au toucher - se développe rapidement et permet, dès la deuxième semaine, grâce au plein développement de l'odorat, de la vue et de l'ouïe, une ouverture sur l'environnement par le biais de l'exploration.  

 

L’OUVERTURE DES YEUX CHEZ LE CHATON

 

Elle est influencée par de nombreux facteurs:

 

1 - les caractéristiques visuelles du géniteur, transmises génétiquement au chaton, semblent revêtir une grande importance

l'absence de lumière active le processus, tandis que la présence de lumière le retarde,

les chatons femelles ouvrent les yeux plus tôt que les mâles

 

2 - les chatons de femelles jeunes ouvrent les yeux plus précocement que les chatons de femelles plus âgées. La manipulation précoce des chatons accélère le processus de 24 heures ; le maintien d'un chaton dans l'obscurité complète pendant les trois premiers mois de son existence entraîne une cécité permanente ; cela tendrait donc à prouver que la vision du chaton est aussi directement conditionnée par son environnement

LA LOCOMOTION

À la naissance, le chaton est incapable de supporter le poids de son corps sur ses pattes arrière ; en revanche, ses pattes avant sont solides, il peut ramper sur plusieurs mètres sans fatigue. À 10 jours, il supporte le poids de son corps et, à 15 jours, il marche. À 18 jours, il se déplace là où son envie le mène. 19 jours, il sait rétracter ses griffes. À 20 jours, il reste assis sur son arrière‑train sans tomber. A 25 jours, face à un danger ou en situation de peur, il n'appelle plus sa mère au secours mais se soustrait volontairement à la menace en sifflant et en feulant, le dos arqué et le poil hérissé. Vers la cinquième semaine, le chaton a acquis la plupart des caractéristiques de la locomotion du chat adulte. Vers 10 à 11 semaines, il sait marcher en équilibre, et le retournement sur une surface étroite n'a plus de secret pour lui.

Le retournement aérien : lâché dans le vide en chute libre, le chat possède la capacité remarquable de se retourner pour retomber sur ses pattes. Si cette stupéfiante qualité est absente à la naissance, elle apparaît entre le 21e et le 24e  jour, et sera définitivement acquise au 40e  jour.

La patte est un organe essentiel de l'orientation. C'est par le toucher que le chat s'oriente alors qu'il est encore aveugle. Si le tâtonnement tactile existe à la naissance, avec placement de patte sous contrôle du toucher, placement de patte et exploration passent sous contrôle de la vision vers la troisième semaine et seront définitivement opérationnels vers 5 ou 6 semaines.

DORMIR EN GROUPE

L'homéothermie, ou contrôle de la température corporelle, le sommeil, l'élimination et l'alimentation ont leur importance dans le développement psychosocial du chaton.

L'homéothermie est mal développée à la naissance. Elle permet néanmoins au chaton de se déplacer de manière à éviter les zones fraîches et à tenter de gagner des zones chaudes.

 

Définitivement fonctionnelle vers 3 semaines, elle devient comparable à celle de l'adulte à 7 semaines.

Dormeur invétéré, le chat est l'animal le plus utilisé dans les études de physiologie du sommeil.

 

Comme chez tous les mammifères, les phases de sommeil paradoxal (durant lesquelles il rêve) alternent avec les phases de sommeil profond, qui sont caractérisées par la très faible activité du cortex cérébral.

Pour dormir, le chaton nouveau-né recherche le contact des autres chatons de la portée. L'absence de régulation de l'homéothermie en relation avec la température extérieure, influence notablement un comportement de sommeil en groupe. La recherche de contacts tactiles avec la mère et les congénères constitue un second mécanisme régulateur. Le sommeil en groupe ou sur la mère se prolonge jusque vers l'âge de 3 semaines, période à laquelle le sommeil solitaire commence à apparaître.

Le rythme du sommeil connaît une évolution très sensible de la naissance (sommeil paradoxal quasi permanent) à l'âge de 8 semaines (acqui­sition du rythme de sommeil adulte). C'est pendant certaines phases de sommeil profond que serait sécrétée l'hormone de croissance, ce qui expliquerait l'énorme besoin de sommeil du petit chat.

 

Par ailleurs, un lien paraît exister entre l'attachement du chaton à mère et le sommeil paradoxal. On a pu en effet constater que l'administration de substances inhibitrices du sommeil paradoxal provoquait un détachement vis-à-vis de la mère et des membres de la famille.

MANGER ET ÉLIMINER

Le chaton ne reçoit une alimentation lactée qu'au cours des trois premières semaines. En milieu naturel, la chatte commence à apporter des proies à la nichée entre la quatrième et la cinquième semaine. Les chatons sont capables de tuer leurs premières proies vers 5 ou 6 semaines. L'âge de 6 semaines marque donc le début du sevrage alimentaire. Pendant le sevrage, le chaton a tendance à imiter le comportement de la mère et à préférer la nourriture qu'elle choisit. C'est ainsi qu'un chercheur ayant réussi à habituer une chatte à manger des bananes a constaté que les chatons préféraient les bananes à la viande. De même, habitués à un régime végétarien, des chatons devenus adultes ont néanmoins tué des rats mais se sont abstenus de les manger. L'expérience alimentaire précoce influence le régime nutritif des chats adultes. Les éthologistes - spécialistes du comportement animal - appellent acculturation le phénomène par lequel les générations se transmettent un comportement nouveau pour l'espèce et qui a été acquis par un ou plusieurs individus « pionniers ».

L'émission d'urine et d'excréments est un réflexe déclenché par la  mutation de la région périnéale : c'est en léchant cette zone que la mère active le processus d'élimination spontanée chez ses petits. L’élimination spontanée apparaît vers 3 ou 4 semaines. Le léchage périnéal par la chatte se réduit dès que les chatons ingèrent des aliments autres que le lait maternel, et le réflexe périnéal disparaît entre le 23e  jour et le 39e  jour. En dehors de toute situation d’élimination, le chaton commence à gratter le sol vers 30 jours. Quelques jours plus tard, grattage et élimination sont coordonnées. Le chaton, qui apprend notamment par imitation de sa mère, est prêt à s’habituer au bac à litière.

JEUX SOCIAUX, JEUX AVEC DES OBJETS

On ne connaît pas la fonction précise du jeu pour les chatons, mais son importance dans l'établissement des relations inter- et intra-spécifiques est évidente. Le jeu constitue un moment privilégié durant lequel le chaton va enregistrer les conséquences (contrôlées par les adultes) des différents comportements qu'il tente de mettre en oeuvre. Les jeux sociaux débutent vers 3 semaines. Les jeux individuels avec des objets apparaissent plus tard, avec l'émergence de la régulation visuelle du placement des pattes. Ils culminent vers 7 à 8 semaines et favorisent non seulement le comportement exploratoire, mais encore les différents actes de la prédation. La différence entre jeux sociaux et jeux avec des objets laisse penser qu'ils sont organisés et contrôlés séparément.

Les jeux sociaux. Parmi eux, la lutte est un des plus précoces et apparaît entre le 21e  et le 23e  jour. Un des partenaires est couché, ventre en l'air, l'autre debout, ou les deux sont couchés sur le côté. Engagée avec la mère, la lutte est apparemment violente ; la mère laboure de ses griffes postérieures le ventre fragile du chaton, mais les blessures sont exceptionnelles. Ce jeu entre générations différentes induit l'inhibition du chaton et, peut-être, le respect de la mère. La lutte, et en particulier la position ventre en l'air, deviendra un des éléments du comportement d'agression défensive. Les comportements nécessaires à la défense du territoire apparaissent entre 30 et 40 jours. Le pas de côté se développe à 32 jours et préfigure la menace de l'agressivité territoriale, puis la poursuite, de 38 à 41 jours, qui sera utilisée après un combat pour le territoire ou dans la chasse ; et enfin le cabrer, à 35 jours, qui permettra la capture des oiseaux et le combat territorial.

 

Durant ces jeux, le chaton va aussi acquérir le contrôle de ses réponses agressives. C'est particulièrement net lors de l'apparition de la posture dite face-à-face, à 48 jours, qui consiste en des coups de patte vers la tête de l'adversaire, répétés, boxés ou plus délicats. Faisant suite à la capacité de rétraction des griffes, à 19 jours, ce jeu permet l'apprentissage de l'inhibition du coup de griffe. Ce comportement est utilisé par la mère pour punir son chaton, et par tout chat, pour taquiner un congénère ou faire réagir une proie moribonde.

Le contrôle de la morsure s'acquiert pendant la même période. Il apparaît dès la quatrième semaine. La morsure réciproque permet le contrôle du mordant (apprentissage de la morsure inhibée). Le cri du congénère entraîne un arrêt de la morsure. La morsure par le congénère apprend au chaton la relation entre la morsure, douleur et cri. L’apprentissage de la morsure inhibée est une étape essentielle pour la vie en groupe. Elle transforme ce que certains spécialistes ont appelé le jeu-rude-de-culbute en combat-pas-très-sérieux.

Le jeu avec des objets débute dès 4 ou 5 semaines. C’est la queue de la mère qui attire d’abord l’attention des chatons. Le jeu se poursuit avec des petits éléments disponibles sur place (feuilles, pattes de lapin, boulette de papier, bouchon, etc.). Ces jeux deviennent soudain plus fréquents vers 7 ou 8 semaines. Plusieurs comportements apparaissent alors sous forme de séquences, et seront utilisés pour chasser petits rongeurs, lézards, oiseaux, ou pour pêcher des poissons. L’intérêt du chaton pour les objets cachés dans les coins d’accès difficile ou sous les meubles, et pour les objets mobiles, est révélateur des stimuli en cause dans les différentes conduites de prédation.

APPRENDRE LA PROPRETE

La propreté est en général acquise sans difficulté par le chaton, son apprentissage est précoce et se fait par imitation de la mère. Toutefois, en cas d'adoption d'un chaton très jeune (moins de 20 jours), il est nécessaire de l'éduquer.

 

Après les repas, il recherche tout support meuble pour y faire ses besoins. II faut l’installer dans une petite pièce au sol carrelé (sans tapis ni plante verte) qu'il ne quittera pas pendant une semaine, avec de la nour­riture, de l'eau et, à l'écart, un bac à litière régulièrement entretenu (une litière souillée  est dissuasive pour les chats). On n'autorisera l'accès aux autres pièces de la maison que lorsque l'apprentissage sera devenu une habitude.

12:30 Écrit par virginie fontaine | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Merci pour toutes ces informations j'ai longtemps voulue me mettre à l'élevage de chat mais je ne savais pas comment gérer les nouveaux nés maintenant je peut commencer! Merci beaucoup! :)

Marie.

Écrit par : caf vaucluse | 26/06/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.